Lyon touchée par la puberté précoce : les HCL veulent rassurer

Alors qu’une étude de Santé Publique France montre que la région lyonnaise comptabilise jusqu’à 12 fois plus de cas de puberté précoce qu’ailleurs en France, les HCL se veulent rassurants.

 

Selon le professeur Marc Nicolino, chef du service d’endocrinologie à l’HFME, il faut rappeler que les chiffres sont issus des données de l’Assurance Maladie qui comptabilisent les patients déclarés et surtout traités : "la disparité géographique montrée dans l’étude doit certainement être prise en compte mais un rôle causal exclusif de l’environnement est discutable".

 

Le professeur explique que "les centres de Lyon et Toulouse sont de grosses structures drainant une population importante sur le plan régional et prenant en charge depuis longtemps cette pathologie sur la base de modalités comparables et uniformes. En l’occurrence, ils dépistent activement la puberté précoce et traitent systématiquement les jeunes patients de façon indiquée par les recommandations. Ceci n’est pas forcément le cas d’autres Centres dans d’autres régions qui, pour certains, ne dépistent pas et ne traitent pas systématiquement cette pathologie. Dans ce cas, les patients n’apparaissent pas autant dans le registre de l’étude en question, ce qui peut fausser la fréquence réelle de la maladie".


Rédigé dans Santé le 01/06/2017 à 15h41

Laissez un commentaire :


Retour à la liste d'articles

Retour à la liste d'articles
Pour retrouver une information lyonnaise, utilisez la recherche ci-dessous :
8 Articles aujourd'hui
91170 Articles
Dimanche 22 Octobre 2017
Nouveau

Liens commerciaux : Jazz | Radio Rap Hip Hop Soul | Rhone Alpes TV | Allzic WebRadio | Diffuseur | Petites Annonces Lyon
Éditions locales : Annecy | Grenoble | Lyon